Val8: un processus d'approbation discutable 

 

Un rapport incomplet

Lors du processus d’approbation du projet immobilier Val8 par Ville de Bromont, la résolution (2012-11-606)  acceptant ce projet spécifiait que «  selon le biologiste du requérant, le secteur n’est pas l’hôte d’un  écosystème forestier exceptionnel et que les massifs boisés du secteur n’ont rien d’exceptionnel (environ 50 ans d’âge), réduisant la valeur écologique que la ville avait identifiée pour ce secteur dans sa stratégie de conservation des milieux naturels; »

Or, il appert que le rapport du biologiste du développeur, sur lequel sont fondées les analyses et décisions du comité consultatif d’urbanisme (CCU) et du conseil municipal, était incomplet. Il existe en effet  une forêt refuge (ÉFE : écosystèmes forestiers exceptionnels - reconnus et classifiés par le ministère des Ressources naturelles depuis 2009) et des espèces menacées ou vulnérables sur le territoire non développé de  la montagne. Ceci a été soulevé par Protégeons Bromont et Corridor appalachien. 

 

Pour une consultation publique et une reprise du processus d’approbation

Nous sommes d’avis que si les membres du CCU et du conseil municipal avaient reçu des informations justes et complètes, leurs recommandations et décisions sur le développement immobilier Val 8  auraient été différentes. Malgré ce rapport incomplet, la Ville de Bromont n'a seulement demandé que des modifications aux plans du promoteur (PIIA – Plans d’implantation et d’intégration architecturale), évitant ainsi une séance de consultation publique.

Protégeons Bromont croit que le processus d’approbation du projet immobilier Val8 a été biaisé dès sa première résolution et qu'il doit être repris au complet à partir du début, incluant une véritable séance d’information et de consultation publique, avec toute l’information juste et pertinente, et où les Bromontois pourront poser des questions et s’exprimer sans restriction AVANT QUE LE CONSEIL DÉCIDE DE QUOI QUE CE SOIT. 

 

Pour des rapports crédibles et une contre-expertise

Nous pensons aussi que la municipalité devrait procéder à ses propres expertises dans l’analyse des projets d’importance.  Actuellement seuls les documents et rapports soumis par les promoteurs/développeurs sont considérés lors du processus d’approbation. C’est comme si un juge prenait une décision en n’entendant qu’une seule partie.

 

Pour que le plan de développement durable ne soit pas qu'une série de vœux pieux  

Dans son plan de développement durable, la Ville de Bromont s’est donné l’objectif de protéger 20 % de son territoire. En 2012, seulement un maigre 2.7% du territoire était protégé et le mont Brome demeure l’une des Montérégiennes les moins protégées au Québec.  Aujourd’hui, nous savons que les secteurs non développés du massif du mont Brome recèlent une forêt exceptionnelle et des espèces menacées et vulnérables. Nous croyons que ce territoire doit être protégé en priorité et en totalité.

© Protégeons Bromont