Les vélos et les chiens dans le parc proposé par Protégeons Bromont

Mise a jour du 21 décembre 2016

Nous avons reçu quelques commentaires d'adeptes de vélo et de chiens inquiets de se faire éventuellement interdire l'accès au projet de parc piloté par Protégeons Bromont.  Nous aimerions avant tout vous RASSURER sur notre position.  Voici la mise en contexte complète et notre réponse face à ces inquiétudes:

1 - LA LOI

Aucune juridiction municipale, provinciale ou fédérale ne protège les usagers de sentiers, quels qu'ils soient, contre l'appétit des développeurs à faire ce qu'il veulent de leur terrain privé.  De très nombreux exemples d'un passé Bromontois pas si reluisant peuvent être cités à cet effet.

Cependant, il existe à Bromont un règlement PIIA montagne qui empêche:
a) le développement en écosystème forestier exceptionnel
b) le développement en forêts âgées de plus de 90ans

Or certaines sections du terrain visé par le projet Val8 contient les 2.

2 - L'INTENTION DE LA VILLE DE BROMONT DE NE PAS DEVENIR PROPRIÉTAIRE DE PARCS
A plusieurs reprises, la Ville de Bromont a clairement signifié son intention de ne pas vouloir devenir propriétaire du parc proposé par Protégeons Bromont, ni d'ailleurs de devenir propriétaire des terrains cédés à fins de parc par Ski Bromont advenant qu'il y ait un développement Val8, complet ou partiel.  Dans un cas comme dans l'autre, puisque LE STATUS QUO N'EST PAS UNE OPTION, un autre organisme devra devenir propriétaire du terrain.  Cette position est parfaitement en ligne avec la position de Protégeons Bromont puisqu'elle est une garantie qu'un éventuel changement au Conseil municipal ne résultera pas en une autre ronde du dossier actuel.

3 - LE FINANCEMENT
Compte tenu du prix actuel demandé par le propriétaire, afin de ficeler le financement, une part importante des fonds devra provenir de crédits d'impôt fédéraux, seulement possibles si l'organisme acquéreur est un organisme de CONSERVATION comme Corridor Appalachien, la Société de Conservation du Mont Brome ou Conservation de la nature Canada.  Pour éviter le développement de ce terrain à des fins domiciliaires, la présence d'un de ces organismes dans la solution finale nous apparaît donc comme incontournable.  Et afin que les crédits d'impôt soient émis, l'organisme de conservation en question doit pouvoir prouver au gouvernement que les espèces à statut précaire incluses sur le terrain auront un niveau de protection approprié à long terme.

De son côté, le gouvernement provincial, via le Ministre Paradis, a manifesté son intérêt à être partenaire financier du projet de parc seulement si l'organisme acquéreur était Conservation de la nature Canada.  En novembre 2016, CNC acceptait de devenir propriétaire du futur parc. 

 4 - LA POSITION DE PROTÉGEONS BROMONT SUR LES VÉLOS ET LES CHIENS
Protégeons Bromont a une vision et une mission clairement définies ici.  Plusieurs des membres du CA de Protégeons Bromont font du vélo de montagne et sont propriétaires de chiens.  Nous connaissons Bromont aussi bien que vous et savons que le vélo fait partie de notre ADN, de celui des Amis des Sentiers et du Centre National.  Nous sommes également très au courant qu'une part importante d'amis des chiens aiment bien prendre une marche en montagne avec leur ami à 4 pattes.  Pour ces raisons, Protégeons Bromont privilégie un parc ou les vélos sont les bienvenue, les chiens aussi.

LA RÉPONSE

Maintenant que vous avez lu la mise en contexte, vous comprenez que le status quo est impossible et qu'il y aura un organisme de conservation dans l'équation, qu'il y ait un parc global ou un développement immobilier partiel.  La différence, ce sera la grandeur du parc et le nombre de sentiers.  Vous comprenez aussi que Protégeons Bromont fera entendre corps et âme la voix des cyclistes auprès de l'organisme de Conservation choisi pour devenir propriétaire du projet de parc.  Nous aussi nous roulons.  D'ailleurs, CNC a fait savoir clairement qu'il n'y avait aucun problème à ce qu'il y ait un usage cycliste des sentiers, tant que cela ne compromet pas les zones fragiles que le parc protège et se fait dans le respect des autres usagers.  Cela signifie donc que tant que les cyclistes feront preuve d'intelligence (lire "pas de hors-piste ou de sentiers pirates"), il n'y aura aucun problème à la cohabitation.  A la question "sera-t-il possible d'ajouter 30 ou 40km de sentiers aux sentiers existants", la réponse est claire: non.  Pour protéger les zones fragiles, un équilibre logique est nécessaire.  Et nous pensons que la communauté cycliste est suffisamment intelligente pour cohabiter avec l'environnement dont ils viennent jouir ainsi qu'avec les autres usagers non motorisés, marcheur, adeptes de raquette, fondeurs, groupe d'interprétation... pour que tout le monde y trouve son compte, sans maisons, routes ou fils électriques.

En ce qui concerne les chiens, c'est plus délicat.  Les chiens sont des prédateurs et leurs pipi territoriaux coupent les corridors de déplacement des petits et grands mammifères que l'on essaye justement de protéger.  Par exemple, Lenth et al. (2008) ont démontré une corrélation entre la présence de chiens le long de sentiers récréatifs et la modification de l’utilisation de l’habitat pour plusieurs espèces à l’intérieur d’une zone de 100m de part et d’autre de ces sentiers en comparaison avec des sentiers ne permettant pas les chiens.  Ce phénomène a été observé tant pour des cerfs que pour de plus petits mammifères (tant des prédateurs que des proies).  C'est d'ailleurs pour cette raison que les chiens sont interdits à plusieurs endroits comme au Domaine Naturel du Lac Gale ou dans la Réserve Naturelle des Montagnes Vertes.  Pour plus de détails sur le sujet voir Les chiens et les réserves naturelles paru dans ce bulletin de Corridor appalachien (p. 3)).  Ceci étant dit, nous sommes actuellement à tenter de trouver une solution, comme de permettre les chiens dans 1 ou 2 sentiers plus loin des corridors de déplacement des animaux, un peu comme c'est le cas au PENS.  Nous tenterons de faire valoir auprès de CNC que plusieurs parcs Américains permettent la présence des chiens.  Mais pour l'instant, rien n'est fixé.  Patience SVP.  Nous travaillons pour vous.  Si vous avez des arguments solides et objectifs ou des études sérieuses sur le sujet. il nous fera plaisir de les recevoir et de les faire valoir pour vous quand viendra le temps de définir une fois pour toute les usages du parc.

Bien que nous ayons en main le tracé GPS de la plupart des sentiers actuels, il n'est pas prévu pour l'instant de diffuser de carte avant une table ronde avec CNC, où les zones fragiles et tampons seront clairement définies.

Merci de continuer à croire en nous et d'être des leaders positifs dans ce projet.  Car c'est ENSEMBLE que nous bâtirons ce parc!

© Protégeons Bromont